rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.e-studeo.fr/data/fr-articles.xml

logo.gif

Thème 10 : Une régulation des échanges internationaux est-elle nécessaire ?

 La synthèse du cours   Nettement plus


EcoTl.jpg
 Source : ressources NATHAN Réflexe  - Terminale



21. LES PRATIQUES D'ECHANGES AU NIVEAU INTERNATIONAL

 

L’intensification des échanges internationaux s’est appuyée sur une libéralisation progressive du commerce au niveau mondial. Pourtant, certaines pratiques protectionnismes continuent d’exister et les pays semblent s’orienter vers la création de zones plus réduites d’échanges privilégiés.

   I.        Pourquoi pratiquer le libre-échange ?

Le libre échange s’appuie sur les travaux d’Adam Smith qui, dès le XVIIIe siècle, a démontré l’intérêt des nations à échanger entre elles pour s’enrichir.

Cette approche préconise la suppression de toutes les entraves aux échanges en instaurant la libre circulation des marchandises, des services et des capitaux.

L’application de ce principe permet en effet une spécialisation des pays dans la production où ils sont le plus efficace et donc des gains de productivité, source de croissance économique.

Pour les consommateurs, l’augmentation de la concurrence qui résulte de l’apparition de produits étrangers oblige les entreprises à adapter leurs stratégies en baissant leurs prix et/ou en innovant et en améliorant la qualité de leur offre. Le consommateur a alors plus de choix et de pouvoir d’achat. Ce qui stimule la consommation et donc la croissance.

Enfin pour les entreprises, le libre-échange permet l’accès à de nouveaux marchés et /ou à de nouvelles sources d’approvisionnement et donc à une réduction des couts de production par la réalisation d’économie d’échelle (baisse du coût de production unitaire lorsque les quantités produites augmentent).

II.        Pourquoi et comment protéger l’économie d’un pays ?

A.    Pourquoi se protéger ?

Même si le libre-échange procure de nombreux avantages, son application peut aussi être problématique. La trop grande concurrence sur les marchés peut fragiliser certains secteurs de l’économie, trop peu compétitifs. Les délocalisations menées pour bénéficier de conditions de production plus avantageuses peuvent entraîner des disparitions d’emplois.

Un pays peut donc chercher à échapper au libre-échange en protégeant en partie son marché, soit pour soutenir des industries naissantes, soit pour des raisons de sécurité, de santé publique ou de respect de l’environnement.

B.    La protection du marché par les barrières tarifaires et non tarifaires

Le protectionnisme est l’ensemble des règles mises en place par une nation afin de protéger son marché contre la concurrence extérieure.

Ces barrières peuvent être :

  • tarifaires : on applique une taxe sur le produit importé afin d’augmenter son prix de vente final et donc le rendre moins compétitif ;
  • non tarifaires : le pays cherche à restreindre la quantité de marchandises importées par l’application de quotas ou de normes plus contraignantes en termes de sécurité ou de qualité. Il peut aussi rendre les produits nationaux plus compétitifs sur les marchés en les subventionnant.

Les risques de rétorsion de la part des pays qui subissent des mesures protectionnistes sont importants. C’est pourquoi de plus en plus de pays préfèrent utiliser les normes règlementaires de santé ou de sécurité pour restreindre l’accès de certains produits. On parle de protectionnisme déguisé.

III.        La régionalisation respecte-t-elle les principes du libre-échange ?

A.    Les principes de la régionalisation

La régionalisation correspond à la mise en place au niveau régional d’accords commerciaux privilégiés entre pays faisant partie d’une même zone, ce qui permet de bénéficier des principes du libre-échange à l’intérieur de la zone concernée tout en gardant une proximité qui rend les échanges plus efficaces.

Les accords de régionalisation varient selon la volonté commerciale des pays :

  • la création d’une zone de libre-échange permet de supprimer les barrières tarifaires au sein de la zone, mais chaque pays partenaire peut continuer à avoir une politique commerciale qui lui est propre vis-à-vis des pays extérieurs à la zone ;
  • le Marché commun correspond à une volonté plus avancée de régionalisation avec la mise en œuvre  d’une politique commerciale unique pour les pays tiers.

B.     Une zone d’échanges privilégiée : l’Union européenne

L’Union européenne s’est progressivement construite pour aboutir à une intégration économique régionale importante. Cette intégration est construite autour de trois axes :

  • un Marché unique, initié en 1957 avec le traité de Rome et finalisé avec la signature de l’Acte unique européen en 1986. Il regroupe actuellement 27 pays et applique le principe de la libre circulation des marchandises, des personnes et des capitaux. Une politique commerciale unique est appliquée aux pays extérieurs à l’UE et les politiques fiscales et sociales sont en voie  d’harmonisation ;
  • une monnaie unique, l’euro,  pour 17 pays de la zone ; cette « zone euro » applique une politique monétaire unique ;
  • des politiques communes élaborées dans divers domaines comme l’agriculture, l’emploi ou la recherche.

L’Union européenne est une zone d’échange particulièrement dynamique. Le Marché unique représente près de 460 millions de consommateurs et une part importante des échanges commerciaux des pays européens s’effectue à l’intérieur de ce marché.

Pour la France, les exportations à destination de la zone européenne en 2009 représentaient ainsi respectivement 53 % des exportations et 51 % des importations totales. Ces échanges sont de plus privilégiés avec les pays limitrophes (Allemagne, Italie, Espagne et Belgique).

C.     Un déséquilibre dans les échanges

Le mécanisme de la régionalisation, en favorisant la création de zones d’échanges privilégiés, s’oppose à la vision d’une économie globale. L’Union européenne, par exemple, pratique le libre-échange à l’intérieur du Marché unique, mais met souvent en place des mesures protectionnistes envers les pays extérieurs à la zone. Les négociations avec les États-Unis dans le domaine agricole sont par exemple source de tensions fréquentes : le conflit sur la réglementation européenne des OGM, qui limite fortement les importations des produits agricoles américains, est ainsi qualifié de très discriminatoire par les États-Unis.

La création de zones d’échanges privilégiés est donc à la fois une application du libre-échange au niveau régional et une restriction de celui-ci au niveau mondial.

 

Net-tement plus
Le libre-echange Après la crise A voir
Le protectionnisme La relance  
L'Union européenne La construction européenne Chine-Corée du Sud - Japon

 


Date de création : 08/07/2013 @ 16:53
Dernière modification : 08/07/2013 @ 17:54
Catégorie : Economie Droit - Economie Tle
Page lue 2044 fois
Précédent  
  Suivant


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !